Monts de Baives

Les Monts de Baives

Réserve naturelle régionale abritant un four à chaux de type bouteille, unique exemplaire dans la région Nord-Pas-de-Calais.

Son patrimoine naturel

Les Monts de Baives donnent aux visiteurs une belle démonstation de la pierre bleue et de ses richesses botaniques.

Les Monts de Baives s'étendent sur 44 hectares et culminent à une altitude d'environ 220m.

Le site renferme un trésor âgé de 370 millions d'années: le sol, composé de calcaires récifaux bleus: "la pierre bleue !"

Son petit patrimoine bâti:

A l'entrée des Monts, encadrée par deux tilleuls séculaires classés "arbre remarquable" par le Parc Naturel Régional, découvrez la Chapelle Saint-Fiacre, cet édifice daté de 1756, montre un appareillage en briques et en pierre bleue, le tout étant surmonté d'un toit en ardoises et d'un clocheton.

Le four à chaux, daté du XIXème, restauré il y a peu, il s'agit de l'un des derniers de la région.

Le patrimoine naturel en quelques chiffres....

Les Monts de Baives abritent:

- 240 espèces de plantes dont 17 protégées

- 46 espèces de passereaux dont 37 nicheuses

- 11 espèces de criquets et de sauterelles

- 13 espèces de papillons

- une vingtaine de moutons qui assurent l'entretien des pelouses.

De ce sol extrèmement riche (sol calcicole) émergent une flore unique et protégée, caractéristique des affleurements dévoniens d'un intérêt botanique exceptionnel : des orchidées.

L'ophrys abeille, ainsi baptisée pour son mimétisme avec l'insecte, mais aussi l'orchis grenouille, orchis bouffon, oeillets des chartreux, l'alchémille velue....

Une telle richesse écologique justifie le classement du site en Zone Natura 2000, en ZNIEFF* (Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) de type 1* (superficie en général limitée, caractérisée par la présence d'espèces ou de milieux rares) ainsi que 10 hectares en Réserve Naturelle Volontaire*.

La mise en Réserve Naturelle Volontaire est réservée aux propriétés privées dont la faune et la flore sauvages présentent un intérêt particulier sur le plan scientifique et écologique. Son objectif principal est de protéger la faune et la flore sauvage. Toute action susceptible de nuire à la faune et/ou la flore est interdite ou réglementée.

Les oiseaux... des Monts de Baives...

Ce petit passereau ressemble fortement à un moineau, ses couleurs résident dans un camaïeu de jaune orangé. Il a une longue queue. Ce granivore picore les graines en sautillant au sol. Il émet de petites notes: "tsit...tzit...tsit..."

Ce rapace diurne est un redoutable prédateur, il vole en surface pour repérer ses proies, il ne choisit que des rongeurs, contrairement à d'autres qui peuvent manger de petits oiseaux. Ses ailes sont pointues. Il ne construit pas de nid, il pond ses oeufs dans des rochers et dans les arbres.

Aux teintes discrètes, un bandeau noir lui couvre l'oeil et les joues. Cet oiseau est essentiellement insectivore. Il construit son nid dans les buissons. Son chant différent de la fauvette à tête noire est: "rudu...gudu...gudu..."

Ce petit migrateur, brunâtre niche dans les buissons touffus. Il chante à la tombée de la nuit.

Ce migrateur sur petites distances au chant puissant et flûté, revient en Mars. Il niche dans des endroits ombragés. On reconnaît le mâle grâce à sa calotte (tête) noire, celle de la femelle est d'un brun-roux.

Cet oiseau niche dans les haies. Petit et vif, il a les ailes rousses. Le mâle a une calotte gris cendré. Il chante souvent du haut d'un buisson, et émet de petits gazouillements....

Ce rapace nocturne se nourrit de petits rongeurs. En hiver, il se rassemble dans les sapins. En cas de danger, il gonfle ses plumes, écarte ses ailes et émet des ronflements. Ses aigrettes bien visibles sont en forme d'oreilles. Son cri est un "Houou....Houou...."

Le plus grand rapace d'Europe, souvent surnommé "eagle" (aigle), mesure plus de 80cm de haut. Un seul couple est présent au Nord de Paris et il vit ici à Wallers-en-Fagne ! (cf rubrique le hibou Grand-Duc).